il_570xN_188714536* image trouvée sur etsy.com by The little fox

LE CHATEAU DE PORCELAINE

Haidee est désespérée. Son père, s’est encore mis dans une situation embarrassante. Alors que Sieur Helone, du royaume des Cerfs, était de passage au château de Bagatelle, le roi Lofteur s’est permis une plaisanterie qui n’était pas du tout du goût de son invité. Et Sieur Helone n’a pas vraiment eu tort de se vexer puisque le roi lui a proposé de lui couper ses bois pour raviver le feu de la cheminée ! Quel toupet ! Tout le monde sait que l’homme-cerf est très susceptible, surtout la pauvre Haidee. Il ne va certainement pas vouloir en rester là.

En effet, le lendemain, alors que Sieur Helone prend son petit déjeuner avec la princesse dans le jardin, il lui fait cette confidence.

-         Il y a des choses sur lesquelles il n’est pas bon de plaisanter. Le roi ton père a besoin d’une bonne leçon.

-         Oh, non, s’il vous-plaît ! Ne le punissez pas ! Je lui parlerai et il me promettra de ne pas recommencer.

-         C’est trop tard, ma jolie. Le sortilège est lancé…

Et à ce même instant, le château tout entier rétrécit jusqu’à devenir une toute petite maison de porcelaine pas plus haute que la petite princesse. Sieur Helone éclate de rire en voyant à une fenêtre la silhouette du roi Lofteur affolé. L’Homme-cerf s’adresse à lui.

-         Ah ! Vous rigolez moins maintenant, n’est-ce pas ? Vous voilà bien petit et vous n’êtes plus en position de vous moquer de quiconque !

Appelés par la curiosité, les habitants de Bagatelle commencent à encercler le minuscule château. Beaucoup d’entres eux rient, mais la plupart ont peur pour le roi. Et Haidee, habituée à ce genre de situation, prend la défense de son père.

-         Sieur Helone, cessez votre magie, s’il vous-plaît. Mon père est la risée de ses sujets, c’est ce que vous vouliez, non ?

-         Oui, ma belle princesse. De toute manière je n’avais pas l’intention de laisser le roi comme cela bien longtemps.

Sieur Helone dégage alors une petite branche de sa ceinture et la dirige vers la porcelaine en récitant une formule. Rien ne se passe. L’Homme-cerf s’y reprend à plusieurs fois, mais en vain.

-         Que se passe-t-il, demande Haidee ?

-         Je ne sais pas ! Il semble que ma baguette ne fonctionne plus ! Et il n’y a qu’elle pour annuler le sortilège.

Sieur Helone est sincèrement désolé et il ne cesse de taper le sol avec sa baguette dans l’espoir de la refaire fonctionner. Haidee est désespérée, mais ni une ni deux, elle ouvre le médaillon qu’elle porte autour du cou. Une petite flamme s’en échappe et fait apparaître l’ombre de sa grand-mère, la reine des Dévas.

-         Grand-mère, que dois-je faire ? Mon père est prisonnier du château de porcelaine !

-         Ah, le roi Lofteur s’est encore mis dans une drôle de situation ! Quand donc cessera-t-il ses bêtises ?

-         S’il te-plaît, grand-mère ! Aide-moi !

-         Mais bien sûr que je vais t’aider. Voilà ce que je te propose. Chaque habitant de Bagatelle doit te rapporter un petit bout de tissu. Tu les assembleras en une grande couverture qui recouvrera entièrement le château. Sieur Helone devra alors réciter à nouveau son incantation. Et normalement tout devrait rentrer dans l’ordre.

Haidee remercie sa grand-mère et referme son médaillon. Mais la pauvre princesse est pensive.

-         Comment allons-nous prévenir tous les habitants de Bagatelle ?

Aussitôt une horde de papillons surgit du bois.

-         La reine des dévas nous envoie, Haidee. Nous allons t’aider.

Les papillons s’envolent et se dispersent dans Bagatelle. Les habitants ne sont pas long à arriver, chacun apportant à la petite princesse un bout de tissu. Dame Lianero, la couturière, apporte même un nécessaire de couture et assiste Haidee dans la confection de la couverture magique. En moins d’une heure, une belle mosaïque de couleur est créée. Haidee la dépose sur le château et Sieur Helone ne se fait pas prier pour réciter sa formule. La belle demeure retrouve instantanément sa taille majestueuse. Le roi Lofteur en sort, encore un peu déboussolé par l’aventure. Et au lieu de se jeter sur l’Homme-cerf pour le houspiller, il l’enlace et se fond en excuses.

-         Oh, moi aussi j’ai mes torts, roi Lofteur, répond Sieur Helone.

La petite Haidee regarde les deux hommes confus et va les rejoindre, la couverture magique à la main.

-         J’espère que cette histoire vous servira de leçon. Et vous pouvez remercier les villageois pour leur empressement et leur générosité. Que vais-je faire maintenant de cette couverture ?

Sieur Helone lui pose la main sur l’épaule et lui dit en souriant.

-         Je te conseille de la garder soigneusement. Avec le père que tu as, je suis sûr que tu pourrais en avoir encore besoin un de ces jours.

Tout le monde acquiesce en riant. Et même le roi Lofteur n’y trouve rien à redire.

Souvenez-vous de ceci, les enfants ! Il n’est pas bon de chercher à se venger, comme l’a fait Sieur Helone ! Personne ne peut imaginer les conséquences que cela peut produire.